Déplacement en Jordanie du 24 au 29 octobre 2015

Déplacement en Jordanie du 24 au 29 octobre 2015

IMG_0363

Jean-Pierre VIAL s’est rendu fin octobre en Jordanie, avec une délégation du Sénat à l’occasion du déplacement du groupe parlementaire France-Jordanie.

A l’heure où le Moyen et le Proche Orient se déchirent et se mobilisent face au danger que représente la montée en puissance de l’État islamique, ce déplacement de travail et les rencontres avec les membres du gouvernement jordanien et le Roi avaient une dimension toute particulière.

Plusieurs sujets étaient à l’ordre du jour de ces rencontres, la question des réfugiés et tout particulièrement les camps d’Azraq et de Zaatari, ainsi que les enjeux jordaniens majeurs concernant l’eau et l’énergie, au cœur du développement durable et de la COP21.

L’approvisionnement en eau de la Région est une question cruciale, susceptible d’être source de conflits et tout particulièrement pour la Jordanie.

Le grand projet qui concerne les intérêts israéliens, jordaniens et palestiniens, est la décision de construire un canal entre la Mer Morte et la Mer Rouge, avec la création d’une usine de désalinisation.

Le conflit au Moyen-Orient, a permis d’évoquer les travaux législatifs en cours sur l’organisation et les moyens de lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe.

La rencontre avec le Roi Abdallah II, a été l’occasion de rappeler sa présence lors du grand rassemblement parisien du 11 janvier comme témoignage concret de l’amitié franco-jordanienne, mais également de sa préoccupation face aux dangers du djihadisme.

En s’appuyant sur sa légitimité en qualité de descendant du Prophète, le Roi a tenu à rappeler comme l’avait fait la Reine aux rencontres du MEDEF en fin d’été, la nécessité de défendre un Islam modéré en évoquant les démarches ambitieuses engagées par la Jordanie en direction de l’Afrique pour éviter le radicalisme.

Enfin, la question des réfugiés a été largement discutée dans sa dimension politique, humanitaire et sécuritaire, quand on sait que la Jordanie accueille aujourd’hui environ 1,5 millions de réfugiés syriens, pour une population de 7 millions d’habitants.

80 % de ces réfugiés sont répartis dans le territoire jordanien, qui supporte de plus en plus difficilement sur le plan économique la charge de cet accueil.

Les autres réfugiés se trouvent pris en charge dans 4 camps essentiellement Zaatari avec une capacité de 120 000 personnes et Azraq qui pourra à terme en accueillir jusqu’à 140 – 150 000 que nous avons pu visiter en rencontrant longuement l’ensemble des acteurs et tout particulièrement les ONG en charge d’assurer l’ensemble des services dont prioritairement l’hébergement, l’alimentation, la santé et la scolarisation.

Enfin, parmi les différents échanges, la rencontre avec le Ministre de l’Energie a été particulièrement intéressante, quand on sait l’ambition affichée par la Jordanie pour promouvoir une politique des énergies renouvelables susceptibles de diminuer progressivement la dépendance de la Jordanie sur le plan énergétique.

Les collaborations possibles avec l’INES (Institut National de l’Energie Solaire) ont été largement évoquées avec les ministères concernés et les services de l’Ambassade et plus précisément l’étude avec les ONG d’un projet utilisant l’énergie solaire pour les camps de réfugiés.

*********

IMG_0377
Au-delà de ces sujets, notre déplacement se trouvait rattrapé par l’actualité avec l’engagement des russes en Syrie, ce qui fut un moment particulièrement fort de l’entretien avec le Roi de Jordanie, qui réaffirma sa conviction de la nécessité d’une issue politique à la crise syrienne qui devait associer tous les grands acteurs régionaux avec l’implication de la Russie.